DSC00133
La route de la Bénate à la Jaunasse, près du Clody. A gauche la lisière du bois de l’Oiselière et à droite une haie bien fournie. Avril 2015.

Le petite guerre de Charette ne change pas le paysage. Elle l’utilise. Ici, pas de tranchées ni de barricades, pas d’arbres abattus ni de casemates, de fortifications, de camps retranchés. La violence ne s’exerce pas sur le paysage mais sur les hommes. Les hommes en armes et les civils. « Devant ces paysages dont l’apparence est si paisible, nous sommes frappés de cette méconnaissance absolue de ce qui a été pour celui qui y était. Nous ne pouvons qu’imaginer les lieux du massacre collectif ». H.-P. Jeudy et M. C. Galera écrivent cela pour la Grande Guerre, celle de 1914-1918 mais ici aussi, en Vendée, il faut faire preuve d’imagination pour se représenter les pratiques de la guerre dans le paysage que nous avons sous les yeux aujourd’hui.

L’imaginaire de la guerre de Vendée est fondée sur l’existence d’un bocage serré, des haies vives, plantées d’arbres et d’épines, de chemins creusés au fil des ans pour récupérer le limon et le déposer sur les champs. Le chemin creux, étroit, ornière l’hiver, galerie végétale l’été. Caches et embuscades. Chemins de fuite. Lisières pour épier, repérer les menaces. Tous les ingrédients du « paysage authentiquement vendéen » sont réunis pour expliquer les clichés relevés par R. Rousseleau sur « la terre héroïque ».

Aller « Sur les pas de Charette », c’est donc aussi rechercher dans le paysage ce que les écrivains régionalistes ont magnifié. Le panache de Charette et le bocage mystérieux, « l’archaïque bocage », perpétuent l’image d’une Vendée intègre, c’est-à-dire fidèle, d’abord à son roi, à ses prêtres, puis à ses élites, petits notables et propriétaires terriens, une Vendée résistante, c’est-à-dire hostile aux valeurs républicaines, une Vendée intègre, c’est-à-dire une communauté à échelle humaine centrée sur un lieu chargé d’histoire et en harmonie avec son paysage (Rousseleau). Mais cette identité idéalisée est-elle encore lisible dans le paysage ?